Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2011-06-15T23:50:00+02:00

Ces temps de la grossesse délaissés par le corps médical

Publié par nathalie

De nombreuses femmes pensent avant la grossesse que tout est organisé, planifié, que l'on s'occupera d'elles pendant la grossesse.

 

C'est vrai et faux à la fois. Il est vrai que des visites médicales sont prévues, habituelles, conseillées. En général elles ont lieu du 3ème ou 4ème mois de grossesse jusqu'à la fin de la grossesse. Les derniers temps le rythme s'intensifie pour vérifier que maman et bébé vont bien.

 

La grande majorité des mamans est suivie par un gynécologue qui en général est un très bon technicien, a des machines de pointe, un vocabulaire parfois difficile à comprendre et surtout bien souvent pas le temps, l'envie (ou peut-être n'y est-il simplement pas assez sensibilisé) de parler.

En effet les consultations se succèdent et lui ce qui l'intéresse ce sont les mesures en tout genre qui vont lui permettre d'évaluer l'état de santé physiologique du bébé et de la maman. Et heureusement !

 

Alors répondre aux questions de la maman, calmer ses angoisses, prendre le temps d'expliquer tous les risques, tous les bienfaits et toutes les conséquences des examens ... c'est pas son truc. Oui mais la maman alors ? Elle elle a les nerfs à fleur de peau, un corps qui se modifie, parfois des désagréménts dont elle ne connaissait même pas l'existence et qui peuvent lui faire peur, des douleurs ou sensations inconnues ... et alors qui s'occupe d'elle?

 

Et bien ce devrait être le rôle de la sage-femme. Qui d'ailleurs tant que la grossesse est "normale", non pathologique, est à même de faire le même travail de surveillance que le gynécologue.

Mais la plupart du temps la sage-femme libérale n'intervient pendant la grossesse que pour la préparation à l'accouchement. Et en général ça commence au 7ème mois. Oui mais alors avant qui s'occupe de la maman ? Et même pendant la préparation à l'accouchement la maman vient pour des "cours", elle n'est donc pas là pour parler, poser des questions, pleurer si elle en a besoin. Elle n'est pas là pour être écoutée mais pour apprendre. Cependant les sages-femmes sont en général à l'écoute des mères et leur laisse un peu de place. Mais bon, la séance n'est pas faite pour ça.

 

Alors qui s'occupe de la maman, de ses états d'âme, de ses questionnements, de savoir ce dont elle a besoin ?

Et bien dans le processus habituel en France : autant dire personne!

 

Il y a la possibilité de faire avec certaines sages-femmes libérales des suivis globaux de la grossesse. Cela permet de n'avoir qu'un seul intervenant et  de mieux connaître la sage-femme. Dans ce cas les rapports sont plus profonds et permettent plus d'échanges.

Ouf ! Là la mère peut s'exprimer beaucoup plus même si les séances de suivi sont limitées en temps car les sages-femmes sont en sous-effectif dans notre pays.


Pour la très grande majorité des mamans il n'y a aucun suivi autre que purement technique proposé avant le 7ème mois.

C'est bien souvent terrible, difficile à vivre pour ces mamans qui se sentent perdues, ont peur de ne pas y arriver, traversent l'inconnu ... et ne trouvent pas toujours vers qui se tourner.


Alors comment faire ? Si vous êtes dans ce cas, avez besoin de soutien, d'écoute, de présence, d'être rassurée ... et bien vous pouvez le dire à votre médecin ou votre sage-femme qui prendra peut-être le temps de vous écouter davantage. Je sais ce n'est pas toujours facile surout quand on est déjà fatiguées physiquement ou psychologiquement; mais surtout vous pouvez vous tourner vers des structures associatives qui ont souvent plus de temps.


Et c'est à ce moment-là que je trouve que l'accompagnante à la naissance, ou doula, a toute sa place. C'est une personne disponible, à l'écoute, formée, capable de vous accompagner... Elle peut vous aider, vous donner confiance, vous rassurer ou vous conseiller d'aller consulter un membre du personnel médical. Elle ne pourra pas poser un diagnostique quelconque mais sera un coeur ouvert à votre écoute.

En tous cas, à mon avis, c'est ce qu'elle devrait être. Et en ce qui me concerne je suis toujours disponible, joignable par téléphone, mail ou skype pour les mamans qui me le demandent. Il n'y a dans ce domaine-là pour moi ni dimanche, ni jour férié, ni horaires d'ouverture...


Donc, en cas de besoin, cherchez de l'aide, ne restez pas seule !

et si vous en avez envie ou besoin contactez-moi.

issu du blog de l'asso "Les Mères Veilleuses"

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

merepoule 17/06/2011 15:20



Salut Nathalie !


Je comprends que tu fasses un peu de "retape" pour ta boutique mais je ne partage pas du tout ton avis !


primo : j'ai toujours rencontré des gynécos attentifs et prêts à répondre à mes questions dès lors que je les lui ai posées. Et à l'inverse; ils ont respecté aussi la distance et lindépendance ou
autonomie que je souhaitais mettre dans le suivi de ma grossesse.Quand on explique posément et sans agressivité, ils écoutent.Si, si... Je peux même donner des noms !


deuxio : il faut, à mon avis, aussi, que les mamans apprennent toutes seules, comme des grandes filles qu'elles sont, à gérer un peu leurs angoisses, que pour ma part, je trouve infondées (dans
le cas d'une grossesse se déroulant normalement). Notre société les pousssent à se regarder le nombril, à s'autoanalyser, à se surveiller toute la journée et tout est fait pour faire monter
l'angoisse. Il n'y a qu'en elles qu'elles trouveront la capacité à vivre sereinement leur grossesse qui est une des choses les plus naturelles qui soit !!


 


tertio : les maternités ont fait énormément de progrès dans l'accompagnement tant des mamans que des papas. Il ya des cours mais aussi des scéances de discussions qui sont proposées aus deux
parents, parfois des groupes de paroles. Je passerai également sur la littérature sur le sujet qui des plus fournies!!


Je trouve que l'on a tendance, comme d'habitude, à encourager l'infantilisation des (futurs) parents ce qui est bien dommage et préjudiciable pour l'éducation qu'ils devront donner à leur
progéniture.



nathalie 17/06/2011 19:34



coucou, alors figure-toi que j'étais justement venue sur le net en repensant à cet article et en me disant que ce que j'ai écrit n'est pas tout à fait juste. Oui je ne voudrais pas mettre tout le
monde dansle même sac. En fait j'ai écrit cela après un coup de fil d'une maman qui elle a mal vécu sa grossesse car s'est sentie très seule, délaissée. Et du coup j'ai été très influencée par ce
coup de fil. M'en étant donc rendue compte je venais rectifier mes propos.


Tous les gynécos ne sont pas à mettre dans le même sac, et de la même façon toutes les mamans n'ont pas les mêmes besoins. 


D'ailleurs je ne voudrais pas que vous pensiez que les ages-femmes font mal leur boulot non plus, je crois vraiment que je me suis mal exprimée. Cependant il y a souvent un manque ressenti par
les mamans. Il faut savoir y être attentifs quand il existe.


Et tu as raison, on est infantilisés dans notre société, mais certaines mamans ont du mal à vivre leur grossesse, sans ces groupes de parole justement. Alors je suis contente d'apprendre que dans
les maternités il commence à il y en avoir. Justement c'est ce qui amanqué à la maman que j'ai eu au bout du fil. C'est cela qu'elle réclame.


Je voulais aussi ajouter autre chose : les doulas ne devraient pas exister. Si les mères étaient prises en charge correctement, si le nombre de sages-femmes était suffisant en France, si les
familles étaient plus présentes ou en tous cas la solidarité plus grande autour des femmes enceintes, les doulas n'existeraient pas. Je ne souhaite qu'une chose : que ce métier que j'ai souhaité
exercer pour aider les femmes devienne inutile, qu'il disparaisse ! Cela prouvera que la prise en charge sociétale de la grossesse aura évoluée dans le bon sens !



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog