Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-03-13T22:46:00+01:00

De L’importance du toucher en accompagnement à la naissance

Publié par nathalie


L’accompagnement à la naissance est basé avant tout sur la relation et la relation de confiance. Or toute relation met en jeu nos cinq sens : la vue, l’odorat, l’ouïe, le goût et le toucher. Certains plus que d’autres mais tous sont en éveil.  Si certains de ces sens peuvent parfois être inexistants (l’ouïe chez les sourds, la vue chez les aveugles…) il n’y a à ma connaissance aucun cas d’absence totale du sens du « toucher ». Le toucher implique de pouvoir toucher et /ou être touché. Même si le membre le plus utilisé dans le monde pour toucher demeure la main tout le corps peut être utilisé et le premier organe concerné par ce sens est la peau. La peau est l’organe qui pose une barrière entre l’intérieur et l’extérieur de notre corps. C’est lui qui est en contact direct avec l’extérieur et qui nous permet de ressentir les températures, les textures, les matières, le contact,… C’est la peau qui entre en contact avec l’autre. L’autre que soi, le différent, celui qui peut parfois nous faire peur.

Il y a donc toujours possibilité dans l’absolu de toucher une personne physiquement. Et le toucher est relation. Il est moyen d’entrer en contact sur un autre mode que la parole. En effet le toucher fait partie du registre de la communication non verbale. Cette communication non verbale, à travers le toucher, permet d’entrer en communication avec une partie plus profonde de l’être. Il est facile de falsifier des paroles, il l’est beaucoup moins de falsifier des poignées de main, des caresses, des contacts physiques… Le toucher touche au cœur. Il permet d’entrer en relation plus intense, plus directe avec la personne. C’est en cela qu’il est très utile et même indispensable en accompagnement à la naissance. 

En effet en accompagnement à la naissance on s’adresse biensûr au cerveau qui réfléchit, prévoit, organise et pense mais également beaucoup au cerveau plus instinctif, au cerveau émotionnel, à celui qui est en relation avec le cœur, qui n’a rien prévu et qui vit les évènements comme ils se présentent. Lors d’un accouchement par exemple la mère a besoin de gestes posés plus que de paroles car elle doit rester dans sa bulle protectrice qui enveloppe la nouvelle famille en création. Cet acte sacré de l’accouchement est un acte de création, et l’acte de création tout en étant d’une puissance infinie est d’une fragilité absolue. L’équilibre doit être parfaitement maintenu pour que tout se passe bien. Le moindre déséquilibre et la création est mise en danger. Or la parole lorsqu’elle est posée, oblige la mère à avoir recours à son cerveau droit, le cerveau calculateur, le cerveau de la raison. Ceci fissure, voire brise la bulle dans laquelle elle se tient, bulle gardée par ses gardiens que sont les endorphines et crée un déséquilibre. Le toucher lui quand il est posé avec amour, douceur, délicatesse, tendresse, respect et qu’il est précédé de l’intention de toucher délivrée par la pensée au receveur, fait appel au cerveau émotionnel, au cerveau créateur, le cerveau gauche. Ainsi la bulle sera préservée les gardes continueront leur travail. Malheureusement à la moindre fissure l’armée de l’adrénaline attaque et il faudra ensuite faire des efforts pour reconstruire la bulle, pour rétablir l’équilibre. Nous devons donc tout faire pour préserver l’équilibre.

Le toucher lors d’un accouchement en particulier mais également tout au long de l’accompagnement est un moyen merveilleux d’entrer en communication.

De plus il permet d’exprimer, comme la parole d’ailleurs, un très grand nombre de sentiments, d’idées. Autant il peut permettre de démarrer un échange dans la douceur, autant il peut aider à exprimer son soutien, son amitié, ou d’arrêter un échange, mais aussi de soulager les tensions, les douleurs à travers l’acte du massage par exemple, de rétablir le calme, d’aider à se poser.

Le toucher allié à la respiration sont des outils primordiaux de lutte contre le stress et la douleur pendant la grossesse, le travail, l’accouchement mais aussi en postnatal. Oui le massage permet de prendre en compte la globalité de l’être. De nos jours bien souvent la médecine découpe le corps, les activités, les spécialités de façon artificielle et ne prend pas en compte la globalité de l’être. Or ceci est essentiel pour permettre le bien-être.

C’est biensûr également un moyen privilégié d’entrer en contact avec le bébé, le tout premier même. Le bébé a besoin de contact, de sentir son père et sa mère présents tout contre lui pour se sentir rassuré, protégé en sécurité. Plus il sera porté et touché, plus il sera serein et calme. Le toucher lui permettra également de prendre petit à petit conscience de ses limites corporelles. Il favorisera également, utilisé dès la naissance, l’attachement entre la maman et le bébé mais aussi entre le père et le bébé.

Ainsi on voit combien le toucher est important dans toutes les étapes de l’accompagnement à la naissance, du début de la grossesse au postnatal en passant par l’accouchement.

Voir les commentaires

commentaires

ZIA 18/03/2010 10:34


Coucou Nathalie,
Bel article que celui-ci, qui me parle d'autant plus que dans quelques jours je devrai "accompagner" mon premier accouchement.
J'ai hâte d'y être pour vivre la magie et "être touchée"
Je raconterai cette première naissance sur mon blog
A bientôt!


nathalie 18/03/2010 13:12


Magnifique Zia, je te souhaite de vivre un très très beau moment ! J'ai hâte de lire l'article sur ton blog.
A Bientôt !


Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog