Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-03-03T20:44:00+01:00

questions fréquemment posées sur l'accompagnement à la naissance et les ateliers privés.

Publié par nathalie
Voici les réponses à des questions fréquemment posées sur l'accompagnement à la naissance et les ateliers privés... À lire et partager, pour défaire certains mythes!

par Karine Murphy, en collaboration avec Sabrina Lavoie


Je ne souhaite pas forcément un accouchement naturel, donc l’accompagnement n’est pas pour moi?

Contrairement à la croyance populaire, les accompagnantes peuvent très bien accompagner un couple qui ne souhaite/ne peut vivre un accouchement naturel. Si la plupart des accompagnantes croient fermement en la capacité du corps humain à accoucher de façon naturelle, cela ne signifie pas qu’elles soient complètement fermées aux interventions médicales ou à l’accouchement en milieu hospitalier.

Une grande part du travail de l’accompagnante consiste à informer les futurs parents afin qu’ils fassent un choix éclairé au sujet de ce qui entoure la naissance de leur enfant. Si la décision des parents, suite à l’information reçue, les amenaient à souhaiter, par exemple, une induction proposée par un médecin, ou encore la péridurale pendant le travail actif, peu importe la raison, une accompagnante professionnelle sera respectueuse de ces souhaits et son travail l’amènera à assister le couple dans ses décisions.

Parfois, les circonstances font que des interventions peuvent être nécessaires et inévitables, même si elles ne sont pas souhaitées au préalable par les futurs parents. Encore là, l’accompagnante sera une personne tout indiquée pour expliquer ces interventions et leur raison d’être dans le contexte. Sa présence et son support pourra également permettre au couple de vivre un accouchement respectueux et à leur image, malgré les interventions, et de faire des suggestions pour faciliter le bon déroulement de l’accouchement malgré les inconvénients de certaines interventions, pour que tout se passe le mieux possible tant chez la maman que chez son petit bébé.


J’aurai une césarienne planifiée, une accompagnante m’est donc inutile?

L’accompagnante peut très bien avoir sa place pour un accouchement par césarienne, même planifié à l’avance!

D’abord, le suivi prénatal avec l’accompagnante pourra permettre aux futurs parents de se faire une idée plus précise de l’intervention, de ce qu’elle implique, de son déroulement, etc. L’inconnu fait souvent peur! D’être bien informé sur la césarienne est une façon se préparer à la vivre et cela contribue à apprivoiser la crainte qu’elle provoque.

Une césarienne planifiée, comme pour tout accouchement, implique la naissance d’un bébé; ce n’est pas qu’une intervention médicale technique comme les autres. La venue au monde de son enfant, peu importe la façon dont elle survient, mérite qu’on s’y prépare; l’accompagnante peut apporter aux futurs parents sur cet aspect, en suggérant des façons de faciliter la transition pour les parents et pour le bébé, dans ces conditions particulières, pour atténuer les conséquences causées parfois par la césarienne imposée.

À l’accouchement, la présence de l’accompagnante peut rassurer les parents avant l’intervention, même si elle n’est généralement pas présente en salle d’opération. Elle continue son soutien suite à l’intervention, selon les besoins et désirs des parents, en soutenant le papa auprès du bébé pendant le séjour de la mère en salle de réveil, ou alors en tenant compagnie à celle-ci et en la tenant informée de ce qui se passe avec son nouveau-né.

Plusieurs parents ayant dû subir une césarienne planifiée ont choisi l’accompagnement à la naissance pour les soutenir, les informer et les rassurer dans cette aventure. Si vous hésitez sur le rôle de l’accompagnante lors d’une césarienne planifiée, n’hésitez pas à demander une rencontre d’approche, tout à fait gratuite, pour en savoir plus long!


Je ne souhaite pas allaiter, est-ce que cela peut causer un problème avec mon accompagnante en sachant qu’elle est pro-allaitement?

Une bonne accompagnante, quels que soient ses valeurs ou son expérience personnelle, se fera un devoir d’accompagner les futurs parents en respectant LEURS valeurs, LEUR besoins et LEURS désirs.

Si les futurs parents font le choix éclairé de ne pas allaiter leur enfant, peu importe la raison, l’accompagnante saura les soutenir et les guider dans leur décision. Son travail est d’informer et d’accompagner; pas de juger, ni de choisir pour les futurs parents!

Un couple songeant à engager une accompagnante, mais qui serait hésitant à faire le pas dans cette direction par peur de se faire imposer des choix qui ne sont pas les leurs ou de ne pas être respectés dans leurs décisions, aurait avantage à rencontrer une accompagnante (ou même plusieurs, quand c’est possible), dans le cadre d’une rencontre d’approche n’engageant à rien, afin de discuter de leur perception et de valider si l’accompagnante tient compte de leur façon de voir les choses et démontre du respect face à leur vision de l’allaitement (ou de la grossesse, ou de l’accouchement, etc.).


Je serai déjà accompagnée de mon conjoint/ma mère/mon amie, pourquoi j’aurais besoin d’une accompagnante en plus?

La plupart des futurs papas assistent à la naissance de leur bébé; beaucoup de femmes choisissent aussi d’avoir la compagnie d’une autre personne chère pendant leur accouchement. C’est tout à fait normal!

Dans la majorité des cas, ces « accompagnateurs » ont un lien affectif avec la mère et le bébé à naître. C’est une présence qui peut être réconfortante et apaisante, et cela est une excellente chose pour le déroulement de l’accouchement. Pourtant, ces personnes peuvent aussi communiquer leur nervosité et leur malaise face à un événement aussi intense.

La présence d’une accompagnante peut contribuer alors à rassurer autant la future mère que les personnes qui assistent à l’accouchement. Son expérience et ses formations l’amènent aussi à pouvoir apporter des suggestions avisées pour favoriser le déroulement du travail; elle saura alors guider les proches dans des massages, des manœuvres et d’autres façons d’aider la future maman. N’étant pas liée affectivement de la même façon à cette dernière, cela lui permet d’avoir un raisonnement plus rationnel et moins influencé par les émotions. Et cela permet aussi au futur père, future grand-mère, future marraine, … de vivre pleinement cet événement sans avoir la pression de « devoir savoir quoi faire », en ayant seulement à profiter pleinement de ces moments magiques…

N’oublions pas aussi que le suivi d’accompagnement à la naissance n’implique pas seulement la présence à l’accouchement ; le suivi prénatal et postnatal est aussi à considérer et ne saurait se comparer à la présence du conjoint, de la famille ou des amis!


J’attends mon 2e, 3e … enfant, je n’ai jamais eu d’accompagnante et je sais à quoi m’attendre, qu’est-ce qu’une accompagnante pourrait m’apporter?

Chaque naissance est différente et imprévisible! Même si on a déjà accouché 1 fois, 2 fois ou plus, il est impossible d’être assuré que l’accouchement suivant se passe de façon identique; c’est d’ailleurs extrêmement rare!

Même si on a déjà vécu un ou des accouchements, il reste toujours une part d’inconnu face à une naissance à venir. Même si elle en est à son dixième accouchement, une mère a bien souvent encore des questions, des incertitudes ou des craintes… et son conjoint de même! L’accompagnante peut les aider, les rassurer, les informer dans ce processus.

Bien souvent, malgré les grossesses et les accouchements vécus, les couples décidant d’opter pour l’accompagnement à la naissance alors qu’ils ne l’avaient pas fait auparavant, font des découvertes fascinantes et apprennent énormément de choses qu’ils ne soupçonnaient pas. Que ce soient des informations sur les interventions et leurs alternatives, des manœuvres ou des techniques pour les aider dans leur travail, il y a toujours façon d’en apprendre davantage et cela peut souvent apporter un gros plus à l’expérience vécue!


Je suis déjà en fin de grossesse, il est trop tard pour une accompagnante?

Il n’est sans doute pas trop tard, tout dépendant de vos besoins et de vos attentes face à l’accompagnement!

Il est évident qu’une femme rendue à 38 ou 39 semaines n’aura pas la possibilité d’avoir un suivi complet comptant plusieurs rencontres prénatales. Par contre, il ne faut pas oublier que chaque suivi est particulier et peut être personnalisé. Si le couple réalise à la toute dernière minute qu’il leur serait bénéfique d’avoir le support d’une accompagnante à l’accouchement, c’est possible! Si une femme en fin de grossesse ressent le besoin d’avoir un suivi d’accompagnement, il est toujours possible de l’adapter, par exemple avec un suivi-express! Même si un suivi est débuté en toute fin de grossesse, une rencontre entre l’accompagnante et les futurs parents permettra à ces derniers d’exprimer leurs désirs et leurs attentes et d’établir le lien de confiance nécessaire entre eux!

Dans tous les cas, si vous vous posez la question, n’hésitez pas à opter pour une rencontre d’approche. Comme elle est gratuite et n’engage à rien, elle vous permettra de décider sans pression et en toute connaissance de cause si une accompagnante répondra à vos besoins!


J’aurais aimé avoir une accompagnante, mais je n’ai pas les moyens…

Sachez que dans la majorité des cas, les accompagnantes sont ouvertes aux différentes possibilités d’accommoder des futurs parents ressentant le besoin d’être accompagnés pour la naissance de leur enfant. Personne ne devrait avoir à mettre une croix sur l’accompagnement à la naissance pour des raisons financières.

Cela peut se faire de différentes façons : par des arrangements particuliers sur les modalités de paiement, par l’adaptation du suivi, en diminuant le nombre de rencontres ou leur durée, par exemple, etc. Une autre alternative pourrait être de miser sur un ou des ateliers seulement, sans avoir de suivi d’accompagnement, pour aller chercher les connaissances et les techniques qui vous interpellent le plus.

Si vous hésitez, pourquoi ne pas opter pour une rencontre d’approche afin de vous faire une idée plus précise des possibilités qui s’offrent à vous? Cette rencontre est gratuite et ne vous engage à rien, mais elle vous permet d’avoir toutes les informations et les différentes avenues possibles pour prendre la meilleure décision. Sachez également que dans certaines régions, il existe des organismes en périnatalité et des accompagnantes qui rendent accessibles leurs services à moindre coût, et même parfois gratuitement, pour les clientèles les plus nécessiteuses.


Est-ce qu’une accompagnante essaiera de me dissuader de toutes les interventions médicales possibles?

Le travail d’une accompagnante ne consiste pas à encourager ou décourager les futurs parents d’accepter une intervention, mais de les informer objectivement sur celle-ci afin qu’ils prennent eux-mêmes la décision qui leur convienne.

Ainsi, une bonne accompagnante se fera un devoir d’expliquer, en prénatal, les interventions possibles, leurs avantages, leurs inconvénients, et leurs alternatives s’il y en a. En donnant cette information aux futurs parents, cela leur permettra de se faire une idée des possibilités qui s’offrent à eux et de bâtir un plan de naissance selon leurs valeurs, leurs désirs et leur vision de l’accouchement. L’accompagnante ne jugera pas les choix de ses clients, même s’ils ne sont pas ceux qu’elle aurait faits personnellement, et les accompagnera dans leurs décisions.

Si les circonstances faisaient en sorte que l’accouchement ne se déroule pas de la façon prévue et souhaitée par les parents, peu importe la cause, le travail serait alors d’expliquer en quoi certaines interventions s’avéreraient nécessaires et de veiller à ce que malgré ces interventions, les futurs parents soient quand même informés et respectés, afin qu’ils puissent vivre la naissance de leur bébé de façon la plus sereine et positive malgré la situation imprévue.


J’ai suivi les cours prénataux du CLSC, que pourrait m’apporter de plus une accompagnante ou des ateliers prénataux?

Les cours prénataux offerts par les services publics de santé sont souvent bien différents de ce que peut offrir une accompagnante à la naissance, tant lors d’un suivi que par des ateliers particuliers.

La différence majeure réside dans le fait que l’accompagnante adapte ses services aux besoins des clients. Le suivi ou les ateliers seront toujours conçus en fonction des besoins, des valeurs des futurs parents, pratiquement sur mesure selon ce qu’ils souhaitent. Les ateliers ou rencontres prénatales offertes par l’accompagnement sont souvent plus axés sur les échanges, la pratique, le concret et la réflexion, ce qui est plus difficile dans le contexte des cours du CLSC.

De plus, un avantage primordial de l’accompagnement à la naissance, c’est la relation de confiance qu’elle permet entre les futurs parents et l’accompagnante. Celle-ci démontre de plus une grande disponibilité pour répondre aux questions ou pour soulager les inquiétudes des futurs parents, ce qui est souvent moins le cas avec les professionnels médicaux. Le suivi d’accompagnement permet une certaine continuité que permet rarement, de nos jours, la structure médicale où la future mère sera prise en charge par de nombreux intervenants différents pendant sa grossesse et l’accouchement.


Je tiens à recevoir la péridurale à mon accouchement, à quoi pourrait me servir une accompagnante?

Certaines femmes, pour des raisons médicales ou personnelles, choisissent d’opter pour la péridurale pour leur accouchement et pensent alors que cette décision est incompatible avec la présence d’une accompagnante « pro-naturel » ou rend sa présence inutile. Pourtant, l’accompagnante à la naissance peut très bien avoir sa place à l’accouchement malgré un tel choix!

Même si la plupart des accompagnantes croient en la capacité des femmes d’accoucher de façon naturelle dans la majorité des cas, cela ne signifie pas qu’elles refuseront d’accompagner une femme faisant le choix d’opter d’emblée pour la péridurale. Une bonne accompagnante respecte les choix des futurs parents, elle les soutient et les guide dans leurs souhaits et leurs désirs.

La décision d’accoucher sous péridurale ne signifie pas que tout soutien est rendu superflu! L’accouchement pourrait se dérouler différemment de ce qui est prévu, par exemple si le travail avance beaucoup plus rapidement ou lentement que la normale, ou si l’anesthésie se révèle inefficace. Même dans des cas où la douleur physique est éliminée, cela ne veut pas dire que la femme n’a plus besoin de soutien moral et de se faire rassurer.

Il est bon de savoir aussi que malgré la péridurale, il existe de nombreuses méthodes, manœuvres, techniques, positions… qui peuvent favoriser le travail et le déroulement de l’accouchement. Les futurs parents ayant recours à la présence d’une accompagnante auront de bons outils pour diminuer les effets négatifs possibles de la péridurale, tant durant l’accouchement qu’après la naissance de leur enfant!



Pour toute autre information sur l'accompagnement à la naissance ou sur les ateliers prénataux, ou pour une rencontre d'approche ou l'inscription à un ou des ateliers, n'hésitez pas à nous écrire! :)
infos@co-naitre.ca

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog