Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-04-29T08:54:00+02:00

L'épisiotomie est un acte chirugical inutile, dangereux, et mutilatoire

Publié par nathalie

 L'épisiotomie ne remplit pas son contrat

Au vu des dernières informations médicales et nombreuses, c'est un geste douloureux, violent et irrémédiable sans aucune justification scientifique ; Elle provoque des déchirures du 2e et 3e degré (qu'elle ne prévient pas lors de l'accouchement ! il est important de tuer ce mythe en 2003), des fistules vagino-anales, des incontinences urinaires et fécales, une perte sanguine supérieure à la césarienne !, cicatrice douloureuse et pendant de longues années (traitées à coup de thérapies par des médecins peu scrupuleux) qui doit être "reprise" pour de nombreuses femmes ; Elle altère le schéma corporel, provoque honte et culpabilité (imaginez que quotidiennement une femme qui veut aller à la selle doive mettre un doigt dans son vagin pour orienter la selle qui se coince dans le cul-de-sac d'une fistule) ; Elle aggrave les hémorroïdes en modifiant la circulation locale (surtout la lymphe) et crée des oedèmes ; La vie sexuelle de la femme coupée ne sera plus jamais pareil et ses sensations et plaisir pourront être réduits ; Beaucoup de femmes souffrent de dyspareunies.

 

L'épisiotomie en chiffres

Inutile et dangereux, ce geste n'est pas à la hauteur de ses ambitions, mais continue malgré tout d'être pratiqué dans des proportions affolantes : France 60%, Allemagne 50%, Royaume-Uni 13% ; Suède : 6% ; Recommandation OMS pas plus de 20% (Source : Pour une naissance à visage humain, Claude Didierjean-Jouveau. Ed. Jouvence, 2000). En France selon les établissements, on peut constater des chiffres allants de 35 à 95% ! L'enquête nationale périnatale de 1998 (accessible sur le site http://www.sante.gouv.fr/) précise que 71,3% de primipares subissent une épisiotomie !

Pour les femmes primipares ayant subi des épisiotomies, après un mois 91% avaient des douleurs pendant le coït, après deux mois 59%, après trois mois 33%, après quatre mois 18%, après cinq mois 15%. Après un an, 1% de dyspareunies. [...] Les épisiotomies n'ont pas empêché les déchirures vaginales (Abraham S. et al. Recovery after childbirth: a preliminary prospective study. Med. J. Aust. 1990, 152(1), p. 9-12)

 

L'épisiotomie continue d'être justifiée...

Les exciseuses africaines sont bien convaincues qu'elles font quelque chose de nécessaire : quand on vient leur dire que ce qu'elles font est un crime, elles le prennent mal. Mais, elles au moins n'ont pas appris dans des écoles et des universités reconnues à poser leur geste criminel (Stéphanie St Amant, doctorante en sémiologie). Il faut savoir qu'à profondeur égale, une déchirure se répare mieux qu'une coupure. C'est pourquoi, aujourd'hui, on pratique la césarienne en déchirant les tissus plutôt que de réaliser une entaille importante.

 

L'épisiotomie est une mutilation sexuelle

Au vu des effets iatrogènes que ce geste entraîne, il n'y a pas d'autres termes : c'est une mutilation sexuelle ! En 1996, l'Organisation mondiale de la santé a jugé nécessaire de donner une définition approfondie et large pouvant regrouper les différentes sortes de mutilations. C'est ainsi que les mutilations génitales féminines ont été définies comme : toutes interventions incluant l'ablation partielle ou totale des organes génitaux externes féminins, et/ou toute intervention pratiquée sur les organes génitaux féminins pour une raison non médicale (définition de l'O.M.S.)

 

L'épisiotomie c'est pas du cinéma...

Le médecin met volontiers la personne "bébé" en avant pour couper. Déjà, la position imposée favorise la compression des gros vaisseaux, donc une tendance à la bradichardie foetale. Si le bébé ne réagit pas, il est possible d'augmenter le débit de Syntocinon, de faire pousser la femme sans arrêt, voir de lui appuyer sur le ventre... Le monitoring finit alors par montrer une décélération, et le médecin, royal, peut sortir ses ciseaux pour "sauver" le bébé. Ce n'est plus seulement une histoire de femme, c'est une histoire de bébé ! Mais il ne faut pas se tromper : c'est à la femme de décider (en toute connaissance de cause), et non au praticien, qui se doit de son côté d'exposer les risques et bénéfices de l'intervention. Si une femme est informée suffisamment, elle devrait insister sur les questions de liberté de posture et de mouvement, à titre préventif pour les problèmes que l'épisiotomie prétend résoudre...

 

L'épisiotomie c'est l'apothéose !

Les causes principales de la souffrance foetale et des déchirures du périnée sont l'imposition aux femmes d'une posture d'accouchement et l'utilisation d'ocytocines pour accélérer le travail. La péridurale ne fait qu'aggraver les choses. Les poussées involontaires sont alors remplacées par des poussées dirigées. Toutes ces pratiques contraires à la physiologie induisent une tendance à la bradichardie foetale et mettent en danger le plancher pelvien. Pour approfondir ce sujet de la poussée volontaire/involontaire, vous pouvez cliquer sur ce lien.

 

L'épisiotomie ? je change de position !

Chaque année depuis 1977, les Mises à jour en gynécologie et obstétrique sont le recueil des communications aux Journées nationales du Collège. En 1998, les MISES A JOUR, TOME XXII, évoquent les positions maternelles pour l'accouchement (p.331). Le Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français l'a mis en ligne sur son site www.cngof.fr (source). Par C. Lucas, C. Racinet (Grenoble).

1. La médicalisation de l'accouchement s'est accompagnée de l'adoption de la position horizontale lors de l'expulsion foetale. Il paraît utile de s'interroger sur la mécanique obstétricale entraînée par cette position maternelle et ses conséquences maternelle et foetale. D'autres positions existent qui semblent améliorer la qualité subjective de l'expulsion. 2. Les diverses positions se classent en : Positions verticales (assise, accroupie, debout et agenouillée) & Positions horizontales (lithotomie, décubitus latéral, position ventrale). 3. Conséquences anatomo-physiologiques des positions : La position horizontale associe différentes composantes qui expliquent un manque de confort et une progression plus lente du travail ; La compression aorto-cave peut également favoriser la souffrance foetale et l'hémorragie per partum ; Parmi les positions verticales, la position accroupie favorise au mieux la progression foetale. 4. L'analyse de la littérature récente (méta-analyses de Venditelli) recense 19 essais randomisés comparant position horizontale et autres positions. Elle montre un taux plus faible de souffrances foetales, de dépressions néo-natales, de déchirures du périnée, une tendance à la baisse des extractions instrumentales, mais une tendance à l'augmentation des hémorragies de la délivrance. Il paraît possible de conseiller largement les positions verticales lors de l'expulsion, tout en étant vigilant sur le risque hémorragique. [ndlr : il serait manifestement intéressant de connaître le contexte plus large que la position durant l'accouchement : perfusion (avec ou sans ocytocine), attitude du personnel soignant (poussée dirigée, par exemple), nombre de touchers vaginaux, politique pour la surveillance cardio-tocographique, etc.]

 

L'épisiotomie, les femmes n'en veulent plus...

Il faut se dégager des croyances conventionnelles en la nocivité de la prolongation de la seconde phase du travail et de l'étirement du périnée. L'épisiotomie (de routine) n'a plus lieu d'être pratiquée. Les facteurs susceptibles d'empêcher les médecins de pratiquer l'obstétrique en tenant compte des données scientifiques comprennent les contraintes de temps, la peur de mal faire, le manque d'expérience de l'étirement progressif du périnée, et des habitudes de pratique interventionniste. Des changements de pratique peuvent être effectivement introduits sous la pression des usagers, sous l'influence des leaders d'opinion, et par le personnel d'encadrement des centres de formation (Much ado about a little cut : is episiotomy worthwhile ? Erica. Eason & Perle Feldman, Obstetrics & Gynecology, 95, 2000, p. 616-618)

 

L'épisiotomie associée aux forceps

Là aussi cette pratique est systématique (!). Refusez-là puisqu'il y a d'autres alternatives moins barbares. Dans le livre "Bien naître" (p. 123-124, Michel Odent) on peut lire : "Depuis 10 ans, nous n'avons pas rencontré une seule occasion d'utiliser le forceps. Pourquoi s'agit-il d'un instrument périmé ? Y. Malinas l'a magistralement expliqué en assimilant la mécanique obstétricale à l'étude des conditions du passage d'un oeuf à travers un anneau, et en soulignant l'importance du détroit moyen. Lorsqu'il se produit une "panne" après franchissement du détroit supérieur, après engagement, lorsqu'il se produit une "dystocie au détroit moyen", on se trouve en présence d'un défaut de rotation ; il suffit de comprendre que la rotation est liée à la flexion, que seules les têtes bien fléchies tournent. Il faut donc fléchir la tête. Comment fléchir la tête ? Certainement pas avec un forceps: que la prise soit symétrique, malaire, ou asymétrique, mastoidienne et frontale, elle se situe en avant de l'axe flexion-déflexion de la tête, et la force appliquée sur le tracteur tend à défléchir la tête... à moins que la solidarisation de la tête et des cuillers soit parfaite, grâce à une vis de réduction qui permet par la même occasion de diminuer le diamètre transverse... naissance sans violence?... Le défaut de flexion pourrait souvent être corrigé à la main. Y. Malinas a parfaitement décrit les modalités de cette correction manuelle qui est précédée par la mise en place d'une perfusion d'ocytociques : attendre la première contraction ; introduire la main à plat sur la tête foetale, de telle sorte que l'extrémité des doigts exerce une légère pression sur le front tandis que le pouce, à l'opposé, accroche le bord latéral du lambda (main droite si l'occiput est à droite et main gauche dans le cas contraire) ; refouler très doucement le front en demandant à la patiente de pousser une fois et amorcer la rotation à l'aide du pouce sur le bord de la suture lambdoide. En fait tout est facile lorsqu'on dispose d'une "ventouse", parfait instrument de flexion: aucun recours à la force; il suffit de savoir placer la ventouse au bon endroit et de diriger, et non pas de tirer, dans le bon sens; la coopération maternelle est entière ; il s'agit d'une aide discrète réservée à une minorité de cas particuliers, et non pas d'une "extraction instrumentale"."


Osez dire NON... C'est votre droit !

L'épisiotomie présente des particularités juridiques tout en étant également contestée sur le plan médical. (...) Outre qu'elle ne saurait être infligée à une parturiente sans son accord éclairé, elle pourrait le cas échéant être l'objet de poursuites pénales. La qualification pouvant être retenue appelle des précisions. Il faut d'emblée signaler que si un nombre non négligeable de femmes perçoivent l'épisiotomie comme une mutilation, cette notion n'a pas de correspondance pénale pour ce type de cas. Tout d'abord, aucune qualification pénale ne vise principalement la mutilation. La mutilation ne constitue que la cause d'aggravation d'autres infractions. Elle s'analyse ainsi en un résultat (la privation permanente d'un organe ou d'une partie du corps) et non en un acte en tant que tel. Ainsi la mutilation est-elle par exemple une cause d'aggravation des tortures et actes de barbarie (l'art. 222-5 du C.P. prévoyant en pareil cas une peine de réclusion criminelle à temps de trente ans au lieu de la peine normale-ment encourue de quinze ans prévue à l'article 222-1 C.P.). En ce qui concerne l'épisiotomie, l'on pourrait ainsi songer à la qualification de violence, aggravée du fait d'une mutilation et faisant alors encourir une peine de dix années d'emprisonnement et 150 000 € d'amende (art. 222-9 C.P.). L'acte du médecin peut incontestablement être qualifié deviolence volontaire, spécialement dans le cas où la parturiente s'y oppose et où le geste n'est objectivement pas médicalement nécessaire (la permission de la loi justifiant la commission de l'infraction de violence, en présence d'une telle nécessité : art. 122-4 C.P. et, pour une illustration, à propos d'un transsexuel opéré, Cass. Crim. 30 mai 1991, Bull. Crim., n° 232 ; Dr. pénal. 1991, 255, obs. Véron ; Gaz. Pal., 1992, 1, 17 ; Rev. sc. crim. 1992, 74, obs. Levasseur). Reste à déterminer si l'épisiotomie peut être effectivement analysée comme une telle mutilation. Dès lors que l'épisiotomie consiste à couper une partie du corps et a des conséquences notamment au regard de la vie sexuelle de la patiente, il peut être retenu que la mutilation est constituée. Si aucun arrêt ne s'est prononcé directement sur cette question, il a été jugé dans une espèce voisine que constituait la circonstance aggravante de mutilation l'ablation du clitoris (Cass. Crim. 20 août 1983, Bull. Crim. n° 229 ; Cass. Crim. 9 mai 1990, Dr. pén. 1990, 291 ; Paris 10 juillet 1987 : D. 1987. IR. 197, Rev. sc. crim. 1989, 108, obs. Levasseur). Il faut noter que le consentement de la victime n'est pas, en soi, de nature à justifier un acte qui serait médicalement non nécessaire. Ainsi en a-t-il été décidé dans un arrêt du 6 février 2001 (Cass. Crim., Dr. pénal, 1991, n° 73). Dans cette espèce, la patiente avait consulté un chirurgien en vue de se faire retirer un kyste ovarien. Le chirurgien avait relevé dans son dossier qu'elle avait précédemment eu deuxembolies pulmonaires à l'occasion de deux précédentes grossesses. Il avait en conséquence proposé à la patiente une stérilisation tubaire afin de prévenir une récidive. La patiente avait refusé, mais le médecin était passé outre. S'en était suivi une dépression, laquelle avait entraîné une I.T.T. de neuf jours. Le chirurgien devait être poursuivi non sur le fondement, juridiquement plus exact de l'article 222-9, mais sur celui, infiniment plus favorable pour lui de l'article 222-11 du C.P. (violences volontaires ayant entraîné une I.T.T. de plus de huit jours, faisant encourir une peine de trois ans d'emprisonnement et 45 000 € d'amende). Bien que la sanction fût en l'espèce aussi légère (quinze jours d'emprisonnement avec sursis et 20 000 francs d'amende) que la qualification retenue, il fut noté que l'acte avait été accompli en l'absence de danger médical imminent et à défaut de consentement de la patiente (solution invalidée par la Cour de cassation, mais pour d'autres motifs, indifférents ici). Extrait du livre "Les droits des mères. La grossesse et l'accouchement". Sophie Gamelin-Lavois & Martine Herzog-Evans. Ed. L'Harmattan, Collection "Le droit au quotidien", Paris, 2003 (plus d'information sur ce livre).


Sources : l'Alliance Francophone pour l'Accouchement Respecté.

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

iknow 17/04/2011 16:23



Bonjour, l'article date d'il y a un an mais je tiens à laisser un commentaire car je suis vraiment outrée de tout ce qu'on peut trouver sur le net....


Je suis sage-femme depuis 7 ans et je termine un diplome en sexologie, je travaille dans un gros centre qui fait plus de 5000 naissances par an. Et j'ai fait mon mémoire de fin d'études sur la
douleur de l'épisiotomie (donc on peut dire que je suis suffisamment renseignée sur le sujet!!)


Pensez-vous que l'on fait des épisiotomies pour le plaisir??? Sachez en touot cas que dans le Nord, nous n'avons pas de politique d'épisio pour toute primipare. L'épisiotomie peut accélérer la
phase d'expulsion en cas de souffrance foetale et donc empecher des séquelles neurologiques chez le nouveau-né! Elle permet d'éviter des déchirures complètes et compliquées du périnée (ces
déchirures provoquent des incontinences anales et aux gaz avec des interventions chirurgicales lourdes et délicates).


De plus, les projets de naissances sont tout aussi abérrants.... on est diabolisé alors qu'il suffit de faire une bonne préparation à la naissance et de discuter avec les professionnels pour se
rendre compte que nous avons un minimum de bon sens et d'humanité! mais c'est sûr, on accouhe pas à l'hopital comme dans la brousse.... c'est certainement pour cela qu'on a beaucoup moins de
morts maternelles ou néonatales!! 


Je suis pour la physiologie mais n'oublions pas que la médicalisation de la naissance a été un grand progrès. Si vous êtes pretes à prendre des risques inconsidérés pour vous et vos enfants en
accouchant à la maison soit! mais ne jetez pas la pierre aux professionnels en généralisant!! 



So 30/04/2010 13:16



J'ai eu 2 enfants et 2 episos wow! je savais pas!


 


Bien que j'ai trouvé ça barbare ( a aucun moment on m'a demandé mon avis) je pensais comme me l'avait expliqué la sage femme que j'allais me dechirer de façon trop importante.


C'est en effet traumatisant et physiquement et moralement  je confirme, mais je ne suis pas convaincue d'avoir veritablement eu ce jour là d'autres choix



nathalie 30/04/2010 19:59



Bonjour SO, c'est là comme disait Juju dans l'autre commentaire que les changements de positions peuvent sauver la situation en évitant l'épisio. Cependant si tu as d'autres enfants saches que tu
peux l'éviter. ça a été mon cas. Même si souvent il y a une déchirure d'une partie de la cicatrice, ça limite les dégâts.



juju 30/04/2010 09:45



Article très intéressant. je n'ai pas eu d'épision, juste une petite déchirure qui m'en a bien fait baver quand meme (mauvaise position + ventouse... ça pardonne pas).


 


Par contre je suis loin de mettre épisio et excision sur le meme plan.


 


Je pense que la meilleure de solution pour enduiguer l"éidémie d'épisio( qui a quand meme tendance à reculer, il faut l'avouer), ce n'est pas de dire aux femmes de la refuser tout de go, mais
pluot d'informer sur les positions d'accouchement. Parce que accoucher autrement que sur le dos les pattes en l'air, c'est diminuer énormément la probabilité d'exciter les ciseaux du docteur mdr



nathalie 30/04/2010 19:57



Coucouc Juju,


j'ai récupéré l'article tel quel dans l'Association Française pour l'Accouchement Respecté et c'est vrai qu'à première vue moi aussi je tropuvais qu'ils vont un peu moin. Cependant en prenant en
compte la définition de l'OMS d'une mutilation sexuelle, j'ai bien peur que l'épisio en face partie : "Les mutilations sexuelles féminines sont des interventions qui altèrent ou lèsent
intentionnellement les organes génitaux externes de la femme pour des raisons non médicales.", dixit l'OMS. OK, ok je sais ils trouvent une excuse médicale, voilà ce qu'en dit  l'OMS :
"Limiter le recours à l'épisiotomie à des indications strictes présente un certain nombre d'effets bénéfiques : la réduction du traumatisme périnéal postérieur, de la nécessité de suture et des
complications. L'épisiotomie n'entraîne aucune réduction de la plupart des mesures de la douleur ni des traumatismes vaginaux et périnéaux graves, mais pourrait diminuer le risque de traumatisme
périnéal antérieur."En plus avec une épisio tu perds autant de sang qu'avec une césarienne et rien n epeut prouver ses bienfaits alors franchement pourquoi ne pas la refuser.


Ce que je trouve le plus anormal là-dedans c'est que habituellement le Gynéco ne te demande pas ton avis et pratique simplement l'épisio sans te prévenir, comme si c'était normal de couper le
sexe d'une femme à coups de ciseaux.


Bien d'accord avec toi pour les positions faut juste que l'équipe médicale te laisse le choix ou alors que tu saches t'imposer contre leur gré...



samantha 29/04/2010 15:16



Oui j'en avais entendu parler et je me suis un peu renseigné, mais je pense que ce qu'il me manque ce sont des informations, que j'aurais auprès de la sage femme, mais aussi lors des préparation
à l'accouchement.


En tout cas merci, j'ai déja noté "épisiotomie" et "projet de naissance" sur une feuille pour ne pas oublier d'en parler a la sage femme.



nathalie 29/04/2010 15:24



C'est super est-ce que c'est un accompagnement global que tu as ? Moi je ne te proposais pas des services payants mais juste de te rendre service...



samantha 29/04/2010 14:46



Je n'ai pas de projet de naissance, j'en parlerai à la sage femme, j'avoue je suis perdu en ce qui concerne l'accouchement, autant je gère bien la grossesse, et je sais que je ne serais pas perdu
quand le bébé sera né, l'accouchement est pour moi un grand point d'interrogation, et j'en ai tellement peur que je préfére ne pas y penser... alors que je devrais c'est certain


Et sinon petit bébé arrive le 6 octobre :)



nathalie 29/04/2010 14:54



tu sais samantha si tu veux qu'on en parle davantage en privé, ce serait avec plaisir. TU habites où ?


As-tu pensé à l'éventualité de te faire suivre par une accompagnante à la naissance ?



samantha 29/04/2010 13:24



Merci pour cet article, jeune futur maman, je connaissais de nom, mais je ne savais pas ce que c'était. 


Prochain rdv avec la sage femme et le jour de l'accouchement, je leur ferai bien comprendre que je n'en veux pas !!! Quitte à leur écrire noir sur blanc et a le signer !



nathalie 29/04/2010 13:33



Merci pour ce commentaire samantha, je suis contente de voir que la publication de cet article aura été utile au moins pour toi. Est-ce que tu as prévu de rédiger un projet de naissance : c'est
un moyen très utile pour faire comprendre ce que l'on veut ou ne veut pas lors de l'accouchement.


Félicitations pour ton bébé qui arrive. C'est pour quand la date prévue d'accouchement ?



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog